Mon ex mari est un sagouin

09 mars 2017

Voilà bientôt 7 ans que j'ai quitté le père de mes enfants, seulement 1 an qu'en fin le divorce est prononcé et pourtant chaque jour il m'arrive encore de me demander comment j'ai pu avoir deux enfants avec un abruti pareil !?

Ma meilleure amie n'a eut de cesse pendant ces années de me dire d'écrire ces histoires palpitantes, hilarantes avec le recul nécessaire ( si si je vous assure ! ), complètement folles et surtout à rebondissements multiples .

Après avoir compris commen...t fonctionnait Facebook ( ça y est moi la réfractaire m'y suis mise !), je me décide à raconter mon histoire dans ce blog. ( ou sur il faut encore que je vérifie ).

J'espère donc ici quelques lectrices amusées par les aventures de ma pomme : reine d'entre toutes d'avoir dit oui un jour à un tel crétin.

 

J'avais 24 ans , jolie brunette dotée déjà d'un caractère affirmé.  Toutes mes copines étaient mariées : j'étais là dernière célibataire sur terre ... Je finirai vieille fille, le frère de mon meilleur ami m'emmenait danser chaque samedi soir. Je regardais leurs pieds avant leurs yeux ou leurs mains : basket prohibées ! Et aucun ne trouvait grâce à mes yeux ... Trop petit, trop grand, pas assez, ne sait pas danser, trop d'accent du sud ... bref toujours seule. Et puis Lui - le futur Ex - grand fin brun un peu Pierce Brosnan bref un peu ce que j'imaginais du prince charmant.

Le premier restaurant -avec le recul j'aurai du partir en courant (! ) Vitrolles un restaurant de fromage pour une Auvergnate et au moment de payer l'addition il avait oublié sa carte bleue ! De toute façon déjà très féministe je préférai partager l'addition que de me sentir redevable. Chose que j'ai toujours gardée surtout professionnellement : c'est fou comme l'indépendance est incarnée  dans ce bout de plastic..

Après quelques mois nous décidions de nous mettre en ménage. Nous achetions des meubles qui s'entassaient chez mes parents : les siens qui vivaient dans 400m2 ne deccouvriraient l'histoire qu'à leur retour de congés.  Belle blague mais je n'en savais rien !

Il était musicien.  Une passion bien connue dans la famille .. mon papa l'avait été abandonnant ses rêves pour maman, mon frère l'était encore. Je mis de l'ordre dans ses comptes, stoppais ses crédits à la consommation et abordait la vie sereinement.

Puis le premier drame. L'accident de mon frère : sortie de route un samedi soir pour raccompagner la pintade d'un copain qui, avec sa mauvaise humeur gachait l'ambiance du restaurant ou le groupe d'amis se trouvait. La timone : 92 jours de coma, le beep beep quotidien des machines et un jour le vide.

L'anéantissement de mes parents fut effrayant. Ma mère s'enfermant dans le noir avec photos et bougies, mon père se débattait seul voyant sa femme plonger dans des abysses de souffrance incroyable. Je ne pouvais rien dire rien faire sauf peut être me marier . Un mariage logiquement cela occupait quelques mois, cela rapproche les familles ??.. Ce fut donc décidé : j'allais dire oui. Pas de robe blanche trop tarte à la creme; pas de curée : vu les demandes de la grenouille de bénitier pour un décès je ne pouvais imaginer entendre les mêmes clowneries une seconde fois. Et bien non j'ai eut la robe blanche et le curée que j'ai du traiter de facho lors de la première et seule réunion obligatoire à laquelle j'ai assisté.

Les parents de mon ex avaient prévu 50 invités qui ne sont jamais venus, je n'ai même pas eut un bouquet de fleurs et pendant l'apéritif nos témoins rebougeaient les plans de table car j'avais prévenu mes beaux parents que je les mettrais dehors si ils osaient se présenter au repas. ...Dans les 4 témoins mon amie citée au début était déjà présente signataire d'un acte le 26 juin 1999.

Un an plus tard ma première merveille. En déplacements professionnels je tenais à ce que les grands mères s'en occupent n'ayant en tête que des souvenirs merveilleux dans les montagnes. Si vous saviez le nombre de fois où je demandais à L'Ex de me passer le téléphone et où je parlais dans le vide le petit étant garder la nuit chez sa mère pour la musique...

Puis vint le second drame : tumeur des ovaires, opération, chimiothérapie ...maman était malade. Je trouvais un job ici quittant alors un joli job sur Paris. Deux ans de bataille, une rémission, une rechute et en même temps mon père a qui j'ai appris à la date anniversaire du décès de son fils qu'il avait un lymphome  (le 6 décembre ) et qui est décédé le 2 mars..maman ne lui survécu que quelques mois.

Je me retrouvais seule avec Lui L'ex et un loulou. J'heritais. Mes grands parents paternels partirent ... : j'heritais.

Nous n'avions plus de crédit j avais racheté le prêt de la maison. Nous vivions donc très bien : voyages, hôtels  5 étoiles, restaurants ...

Je tentais d'avoir un deuxième enfant mais même avec l'aide médicale 6 fausses couches et autant de déceptions.

Mes comptes bancaires étaient plein. J'avais même quelques billets de 500 donnes par mon grand père. ..

Je croyais qu'il vivait mal tout ça mais Lui L'ex était bien plus vicieux. ..Ce n'était pas ni dans la musique qu'il se refugiait dans une structure que nous avions créée en 2004. Le piège lentement sur moi se refermait.  Je travaillais dur : cadre supérieur dans de grands groupes j'étais aveugle ..

Si ici quelques lecteurs ou lectrices ont des doutes tout est vrai, tout sera vrai et vérifiable. .. juste les noms sont chargés pour protéger mes enfants.

Nous emménagions à l'extérieur du village en campagne.  Maison aussi grande que celle du centre village, une maison d'amis, une piscine, un immense terrain ... Pour cela j'avais mis en apport l'ensemble de l'épargne léguée par mes parents. Sans compter, sans conseil non plus du notaire qui nous suivait depuis toujours ... aucun traçage de l'origine des fonds sur l'acte, aucune mention spécifique. ..

La nounou suivit le déménagement et je la retrouvait régulièrement dans ma pi...scine le soir avec mon loulou. Parfois il m'arrivait même d'avoir l'impression de ne plus être chez moi.

N'allez pas imaginer une aventure entre Lui L'ex et la d'où d'où blanche autant large que haute ! Improbable !!

Quelques mois seulement après avoir mis dans le pot commun du mariage 300keuros, un appel de mon banquier me fit rire. En partance pour l'aéroport il m'annonçant que j'étais inscrite banque de France pour chèques impayés.  " je dois avoir un homonyme . Vous pouvez chercher ? " Et je prenais mon vol.. Aucun homonyme bien sûr et 80keuros de chèques impayés.  Comment ? Un compte bancaire internet ( celle où la carte bleue est gratuite ! ) qui était sensé recevoir les loyers d'un appartement que nous avions dans une grande ville de la côte atlantique. Chaque mois je recevais le compte de gestion de l'agence qui gérait le bien, chaque année je faisais un chèque aux impôts pour la taxe foncière le restant servant aux vacances c'était incompréhensible. ...

Les alertes de la banque en ligne n'arrivaient plus sur ma messagerie mais sur une autre inconnue. En déplacements réguliers je n'avais - à ma connaissance - jamais reçu de rar ...

Mon mari avait une liaison . 1ere idée. Ne sachant pas faire un enregistrement sur un magnétoscope pour effectuer ce qui va suivre vous devez comprendre que je suis un génie.  Pour les jeunettes de 20 ans qui suivent les aventures de ma pomme le mot magnétoscope renvoie donc à une période vous laissant supposer que je suis quinquagénaire et parfois ( sic !) fière de l'être !

Si quelques lectrices commencent à s'amuser de l'histoire, de mon humour et de mon style d'écriture. .. pour la suite de l'histoire merci de partager cette page ...

Afficher la suite

Posté par nathalie comina à 17:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]